Gabyn & Eulaly

 

EMISSION TELEVISEE

 

Vous pouvez retrouver l'émission en cliquant sur le lien ci dessous Tellement Vrai: Leur vie est un combat de tous les jours.

 

www.dailymotion.com/video/xtuta5_tellement-vrai-nrj12-gabyn-et-eulaly-au-biofeedback-de-miami_sport

 

 

Certes, ils vacillent encore sur leurs jambes et cherchent l’aide d’un mur, d’un meuble ou de la main de leurs parents, comme le ferait un enfant de douze ou quinze mois. Mais le progrès est énorme : Eulaly et Gabyn, nés grands prématurés victimes de ce seul handicap moteur, marchent !

Eux qui, lorsque nous les avions rencontrés en juin 2009 se déplaçaient à peine à quatre pattes ou en trotteurs, peuvent aujourd’hui envisager l’autonomie. "C’est la confiance qui leur manque le plus", reconnaît Nathaly, la maman, émue aux larmes en évoquant le parcours qu’ils ont franchi durant ces presque trois années.

Un traitement à Miami

Soit quatre séjours de trois semaines à Miami pour profiter d’une méthode de biofeedback. Entre le premier et le second, une opération, à Barcelone, a permis de donner plus de souplesse aux tendons. "Après le premier voyage aux États-Unis, leur façon de se tenir a tout de suite été meilleure ; et après Barcelone, c’est comme s’ils avaient été libérés, ils grimpaient et descendaient du canapé, un vrai bonheur", se souvient Nathaly.

Les progrès n’ont pas cessé depuis lors, chaque séjour permettant de franchir une étape, laquelle se prolongeait en lents progrès gagnés à coups de kiné et d’ergothérapie. "Au stade de la maternelle, on nous avait conseillé de leur offrir un ordinateur parce qu’ils auraient du mal à manier l’écriture : aujourd’hui, ils ont une des plus belles calligraphies de leur classe de CE1, à Ornaisons", se réjouit-elle.

"On refuse de se fixer une date pour le bout du tunnel..."

Côté scolaire, "tout va bien", grâce à une équipe toujours aussi volontaire. Qui a accepté que les jumeaux mangent à la cantine sans l’aide de leur auxiliaire de vie scolaire.

Car l’aide continue sur laquelle ils doivent s’appuyer, comme la médiatisation à laquelle ils doivent se soumettre pèse sur ces enfants sages, âgés de sept ans. Au point qu’ils rechignent à montrer leurs progrès, quand bien même cette obligation s’avère indispensable pour permettre à l’association créée de collecter quelques fonds.

"Chaque séjour à Miami revient à un total de 12 000 €. Nous avons pu payer les trois premiers rendez-vous, mais, au-delà, il nous a fallu compter sur les lotos et autres manifestations organisées par nos très nombreux amis pour boucler le budget".

Prochain rendez-vous, à la fin mars. Ainsi que, peut-être, un passage au centre Essentis de Barcelone "pour apprendre à maîtriser les chutes".

Au quotidien, Eulaly et Gabyn vivent - presque - comme les autres enfants. Ils font du cheval, reçoivent leurs nombreux copains les mercredis. Le vélo dont ils rêvaient déjà en 2009 ? "On l’attend depuis un an... Il faut qu’il soit équipé de trois roues".

Quant à l’avenir... "On refuse de se fixer une date pour le bout du tunnel... A chaque fois, on franchit une étape, et c’est tout. On voit la vie autrement !"

 

 

TRAIL DE FONTFROIDE LE 04 MARS :

 

                                                    

 

 

Conçu à l'origine comme une "version longue" de la Combe d'enfer, le Trail de Fontfroide fut l'un des premiers du genre à voir le jour dans le département. Alors dimanche matin, beaucoup n'auraient manqué cette 10e édition pour rien au monde.

Anniversaire oblige, l'événement a mis les petits plats dans les grands : un large chapiteau avait ainsi été dressé sur le domaine de Jonquières, avec collations et coin massage pour les arrivants. Quant à la générosité propre à l'univers du Trail, elle s'est tournée cette année vers l'Association "Gabyn et Eulaly", à laquelle un chèque de 500 euros a été remis.